Chassez le naturel, il revient au galot