Le CNCC redoute le « coup de grâce » de la fermeture des commerces non-essentiels