Avec nolim, Carrefour fait son cinéma