Quand la restauration devient le nerf de la guerre